• Mathilde Ziegler

Fertilité masculine : l'impact de l'alimentation

Les hommes qui ont une alimentation occidentale (riche en aliments transformés, en sucre et en mauvaises graisses) présentent un sperme de qualité inférieure et potentiellement une moins bonne fertilité.


Pourquoi c’est important


La qualité du sperme s'est considérablement amoindrie au cours des dernières décennies. Selon une méta-analyse récente comprenant plus de 185 études, le nombre total de spermatozoïdes a diminué de 50% à 60% de 1973 à 2011 dans les pays occidentaux, en même temps que les taux sériques de testostérone. Il semblerait que des facteurs environnementaux comme l’exposition à des perturbateurs endocriniens ou à la pollution de l’air soient impliqués, tout comme le tabagisme ou la consommation d’alcool.

Alors que plusieurs études ont déjà examiné l'association entre des nutriments spécifiques (zinc, folates, antioxydants, acides gras saturés ou trans) et la qualité du sperme, une nouvelle étude parue dans la revue JAMA Open Network s’est intéressée à l’impact de la nutrition et des habitudes alimentaires dans leur globalité sur la qualité du sperme.


L’étude


Les chercheurs ont analysé le sperme (nombre de spermatozoïdes) de 2935 hommes danois âgés de 19 ans en moyenne. Ils ont classé les hommes en fonction de leur alimentation : régime alimentaire sain, régime occidental, régime nordique (riche en viandes transformées froides, céréales complètes, poissons froids, mayonnaise, produits laitiers) et régime végétarien (légumes, lait de soja, œufs).

Les résultats montrent que les participants qui ont un régime composé essentiellement d'aliments bruts ou peu transformés (poisson, poulet, légumes, fruits et eau), c'est-à-dire une alimentation saine, ont un sperme de meilleure qualité que ceux qui mangent à l'occidentale, c'est-à-dire beaucoup d'aliments ultra-transformés (pizzas, frites, viandes transformées et rouges, céréales raffinées, boissons sucrées et bonbons).

Le nombre de spermatozoïdes est ainsi plus élevé chez les hommes à l'alimentation saine (chiffre médian : 167 millions), suivi par ceux qui ont un régime végétarien (151 millions de spermatozoïdes) puis par les adeptes du régime nordique (146 millions de spermatozoïdes). Les participants au régime occidental ont en moyenne 122 millions de spermatozoïdes et des niveaux inférieurs de certaines hormones sexuelles connues pour stimuler la fertilité.


En pratique


L’alimentation est un facteur modifiable capable d’impacter la qualité du sperme. Pour optimiser sa fertilité, il semble donc préférable d’opter pour une alimentation saine comme le régime méditerranéen par exemple.

Il est nécessaire d’éviter la viande rouge et les aliments ultra-transformés : les hommes qui les incluent dans leur alimentation ont entre 8,86 et 42,3 millions de spermatozoïdes en moins que ceux ayant une alimentation saine. Le mieux est de mettre l’accent sur les antioxydants, les fibres, les acides gras oméga-3 ainsi que les oléagineux.





0 vue

Quartier Plainpalais

Avenue Henri-Dunant 3

1205 Genève

Naturopathe

Nutritionniste

Réflexologue

Agréée ASCA

 +41(0)79 159 95 70

  • Facebook