Blog

Featured Posts

Le piège des sucres cachés

June 26, 2019

Tout d'abord, commençons par les principaux fondements !

 

Qu’est-ce que l’index glycémique ?

 

Le glucose est aussi le sucre de référence à partir duquel est fixé l’indice glycémique (IG) : l’indice 100.

 

L’indice glycémique est la capacité d’un aliment à élever le taux de sucre dans le sang une fois que vous l’avez consommé.

A moins de 55, c’est un indice glycémique bas. Entre 55 et 70, il est moyen. Au-delà de 70, il est élevé.

Nous avons besoin de glucides. Consommer des aliments qui en contiennent est une bonne chose, notamment pour le cerveau. Mais il y a trois limites :

1/ Évitez le sucre “pur”. Le sucre dans les betteraves ou dans la canne à sucre est associé à des micro-nutriments, des minéraux et des FIBRES. Lorsqu’on l’extrait, il ne reste que du SUCRE PUR que l’on appelle saccharose. Il n’y a du reste pratiquement aucune différence entre le sucre roux de la canne à sucre et le sucre blanc de la betterave. A peu de chose près, c’est la même molécule. Il faut éviter ces sucres à tout prix. Pour le traiter votre corps se servira de vos réserves de nutriments.

2/ Évitez les céréales “raffinées”. C’est le pain blanc, la farine blanche, le riz blanc, etc. Ces produits ont perdu leurs fibres et leurs micronutriments. Pour l’essentiel, il ne reste que du sucre. La baguette de pain blanc, par exemple, a un indice glycémique de 95 !  C’est presque autant que le glucose et c’est plus que le saccharose !

3/ Évitez les excès de sucre.

Les aliments sucrés créent de la FERMENTATION dans votre intestin. Même les carottes par exemple, dont l’IG est plutôt bas, peuvent provoquer, chez certaines personnes, de la fermentation. Vous me direz, si l’on doit se méfier des carottes, cela devient compliqué ! Je vous rassure, je n’ai rien contre ces merveilleux légumes-racines qui nous ramènent à la terre et dont le goût est succulent ! Mais l’art de bien se nourrir n’est pas toujours aussi simple que l’on croit, d’autant que vous êtes un être UNIQUE au monde. Ce qui est bon pour votre voisin ne l’est peut-être pas pour VOUS. Vous devez apprendre à vous connaître, à connaître VOS besoins.

 

Le sucre une matière première à bas prix


Notre rapport au sucre est particulier.

Nous avons besoin de sucre. Nous sommes donc attirés par les aliments qui en contiennent. Le cerveau nous pousse à aller en chercher.

Cela est d’autant plus vrai que durant des siècles nos ancêtres ont connu la disette et les famines.
Encore aujourd’hui votre cerveau est programmé pour survivre à la FAIM.
Et pendant des siècles, l’accès au sucre a été LIMITÉ.
Il y avait le miel - un produit de luxe - les fruits et les céréales complètes.
C’était des sucres complexes, faciles à digérer, utiles à l’organisme.

L’arrivée de l’ère industrielle a mis sur le marché une quantité PHÉNOMÉNALE de sucre sous diverses formes plus ou moins purifiées.

En 2018, 194 millions de tonnes de sucre auraient été produites dans le monde. Il y aurait un excès de plusieurs millions de tonnes que le marché ne saurait absorber.

En 2019, malgré une chute de la production liée à la sécheresse, le surplus resterait de près de 1,83 millions de tonnes...


Résultat, les cours ont atteint leur plus bas historique. Pour l’industrie, il faut ÉCOULER les STOCKS….

 

Le sucre facilite la vie des industriels

 

Mais pourquoi fabrique-t-on autant de sucre ?
Lorsque vous prenez le train entre Paris et Bruxelles, vous pouvez voir des champs à perte de vue consacrés à la betterave à sucre et aux éoliennes.
La Picardie tout entière semble être vouée à la betterave.

C’est un produit stratégique, et ce n’est pas nouveau.

La rivalité autour de la production de sucre a pesé sur les guerres maritimes entre la France et l’Angleterre tout au long du XVIIIe siècle, le sucre est un ingrédient ESSENTIEL pour l’agro-industrie.

C’est :

  • un conservateur ;
     

  • un exhausteur de goût ;
     

  • un édulcorant
     

  • un colorant ;
     

  • un adoucisseur de goût ;
     

  • un agent de texture.
     

Le sucre permet d’augmenter le volume d’un produit ou son poids.On le trouve dans tous les produits transformés ou presque.

Est-ce de l’éthyl-maltol ? Du dextrose, du maltose, de la maltodextrine, du galactose tiré du lait, du caramel, de la mélasse, du sirop de riz, de sorgho ou de maïs ? Est-ce du sirop de glucose-fructose ?

 

L’ennemi n°1 : le sirop de glucose-fructose, l'éviter  tout prix !

 

C’est un mélange de fructose et de glucose.


Introduit aux Etats-Unis dans les années 70, il serait responsable de l’épidémie d’obésité dans le pays.

On le trouve dans tous les produits industriels transformés ou presque : saucisson, charcuterie, plats préparés, sodas, yaourts, crèmes desserts, conserves....
En effet, il donne un goût apprécié universellement - le goût sucré - et il permet de conserver les aliments.

 

Y a-t-il une raison cachée à l’omniprésence du sucre ?

 

Pour expliquer cette utilisation systématique du sucre, il y a les raisons officielles.
Il y en a deux autres possibles. Moins avouables;

 

Le bas coût du sucre

Ajouter du sucre à une conserve, à des pizzas industrielles, à un plat préparé, voire à un jus de fruit, peut en réduire le coût si les autres ingrédients sont plus chers.

Ce n’est pas glorieux mais ce n’est peut-être pas le pire !

 

Le goût sucré fait l’unanimité (ou presque)

 

Pendant longtemps, le gras a été considéré comme mauvais pour la santé. Les industriels ont créé des aliments “sans matière grasse”.
Mais cela a rendu ces produits plus FADES. Alors on a ajouté du sucre. Houra !

 

Créer la dépendance

 

Certains pensent même que les industriels de l’agroalimentaire ajoutent du sucre pour vous rendre ou rendre vos enfants DÉPENDANTS.

Ainsi les céréales du petit déjeuner contiennent parfois PLUS de sucre raffiné que de céréales !
Dans les supermarchés, elles sont placées à hauteur des enfants. Ces derniers feront une crise pour avoir des céréales. Et la plupart des gens sont prêts à payer pour que la crise cesse.

Et hop ! La boîte de céréales est dans votre panier !

 

Le sucre, une drogue puissante

 

Si vos enfants hurlent à la mort ou se roulent par terre pour avoir des bonbons, ce n’est pas de votre faute. Ce n’est pas de la leur non plus. C’est qu’ils sont intoxiqués.

Ils sont DROGUÉS.

Une équipe de chercheurs de l’université de Bordeaux a ainsi montré que le sucre était plus addictif que la cocaïne chez le rat.

En effet, des rats qui avaient au préalable été rendus dépendants à la cocaïne, ont préféré systématiquement se ruer vers un liquide sucré plutôt que vers une nouvelle dose de cocaïne.
Cela n’a été qu’une demi-surprise pour les scientifiques.

 

L’effet réconfortant du sucre

 

Le cerveau des rats, comme celui des humains, demande du sucre pour fonctionner.
La consommation de sucre, dans un premier temps, crée une sensation agréable. Le cerveau vous remercie en libérant de la dopamine, une hormone du bien-être.

Mais à trop prendre de sucre, l’effet s’amoindrit.

Il faut augmenter la dose. C’est le début d’un cercle vicieux.

 

Les hauts et les bas d’une glycémie hors de contrôle !

 

Le sucre n’agit pas que sur votre cerveau.
Un “shot” de sucre trop puissant vous met en état d'hyperglycémie. Le corps se met alors en branle pour traiter cet excès de sucre et vous vous retrouvez peu de temps après en hypoglycémie. Votre corps en redemande.

Et voilà la fringale qui arrive !


Et vous passez ainsi la journée entre moments d’excitations et coups de mous ! C’est épuisant pour vous et votre organisme.

 

Les dangers du sucre pour la santé

 

Consommer du sucre en EXCÈS, notamment les sucres cachés des industriels :

  • fragiliserait vos défenses immunitaires ;
     

  • augmente votre taux de glycémie ;
     

  • vide vos réserves de minéraux ;
     

  • crée de la fermentation et des problèmes digestifs ;
     

  • abîme les dents ;
     

  • contribue à l’obésité ;
     

  • dégraderait la santé cardio-vasculaire ;
     

  • provoquerait des allergies alimentaires ;
     

  • favoriserait la dépression ;
     

  • augmenterait les risques pour certains cancers.

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Archive
Please reload

Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon

Espace de Thérapies Naturelles Joy4Spirit

Place de la diversité 1

1217 Meyrin

Naturopathe

Nutritionniste

Réflexologue

Agréée ASCA

Tel : +41(0)79 159 95 70

  • Facebook